samedi 21 octobre 2017

XXI. Automne 2017.

Toujours de la variété dans une actualité qui prend d’autant plus de relief que la publication est trimestrielle.
Cette fois le dossier est titré : «  Double France », titre heureux surtout que la publication est plutôt sobre dans ses accroches: la France n’est plus si "douce" et offre bien des "faces" opposées:
- Un village coupé en deux à cause des éoliennes,
- Notre-Dame-des-Landes vu du côté des myriophilles verticillés, des tritons et fauvettes à tête noire,
- et des individus écartelés avec par exemple un militant communiste favorisant l’évasion fiscale pour ses clients.
Alors que le regard du reporter est empathique dans un village de Colombie qui a vu partir ses habitants au Vénézuela qui « n’est plus le Pérou », pourquoi un ton parfois condescendant pour décrire la réalité d’un village du Berry ? Habituelle suffisance vis-à-vis des proches, symétrique d’une indulgence avec les lointains.  
Par contre l’originalité des angles ou des sujets honore la marque de fabrique du « mook » de référence :
- retour sur les problèmes posés par l’exploitation du sable dans le monde,
- suivi des procès pour fait de terrorisme pour des prévenus absents devant des salles vides,
- le problème des migrants vu côté passeurs vers Agadez,
- et portraits aussi bien du patron débarqué d’Uber que d’une personnalité qui a favorisé le désarmement de l’ETA.
La forme BD n’apporte pas grand-chose au reportage concernant un projet de prison nouvelle à Bruxelles, pas plus que les dessins illustrant un film concernant le contrôle des naissances en Chine. Le reportage photo de demoiselles de la légion d’honneur est reposant.
Les interview accolés de Drahi et Niel, maîtres des tuyaux et de ce qui va dedans sont intéressants et on mesure toute la distance d’avec nos Salamé et autre Bourdin avec l’entretien d’une journaliste russe. 
J’ai bien aimé la retranscription de la vie d’une prof qui va prendre sa retraite  du collège à côté de l’école de son enfance et du restaurant familial, illustrée par un dessin à la Sempé, alors...

vendredi 20 octobre 2017

Que demande le peuple. Guillaume Meurice.

A « l’heure bleue » à Saint Martin d’Hères, salle comble pour un des chroniqueurs de France Inter dont le professionnalisme ressort forcément après une première partie où des apprentis bouffons s’essayent à l’humour en salle. Pour sa première année le festival « Aux rires etc :-) » qui a réussi son intitulé marquant son intention de varier les genres, avait commis des animateurs à l’entrain surjoué sur fond d’applaudissements mécaniques sollicités sans objet.
De quoi s’impatienter de voir arriver la vedette qui ne déçoit pas : sur des thématiques proches des quatre débutants qui ont concouru avant lui, Meurice va être vraiment meilleur dans l’exercice périlleux du jeu avec le public. Humour de connivence bien sûr, et lui qui use souvent du micro-trottoir pour mieux en montrer les limites, se met dans la poche, avec habileté, une salle, il est vrai, conquise d’avance.
Il est bien sûr question de Pénélope et du 49 3 : le boulot comique a déjà été fait par les intéressés. Hollande dont la popularité remonte quand il a décidé de ne pas se présenter. Il vaut mieux en rire.
Le fil du spectacle est tenu par le communiquant d’une boîte de com’, très « win to win » au cœur de tous les mensonges de notre société.
Efficacité pédagogique : il prend un billet à un spectateur pour le déchirer et ratant son tour de magie pour illustrer la crise bancaire, va quêter parmi les autres pauvres spectateurs de quoi rembourser le benêt.
Multiplication des cibles :
« Pourquoi elles sont vierges, les 72 vierges du paradis coranique ? »
 et les israéliens qui intitulent une opération militaire «  pluie d’été » ou « arc en ciel », les emballements de Macron, Ségo à Cuba… trop, et on en redemande jusqu’au rappel avec « sortez vous les droits du cul» au ukulélé.
.................
A m'en tenir à des articles concernant spectacles les plus récents, certains se décalent. 
Pour celui là, l'espace dévolu aux thèmes politiques lui conviendra, même avec retard.
Ci-dessous un dessin du "Canard" de la semaine:

jeudi 19 octobre 2017

La Perse Sassanide. Issa Steve Betti.

Quatre siècles parcourus depuis le deuxième siècle de notre ère jusqu’à l’invasion arabe en Iran: le sujet est particulier, la conférence du professeur niçois devant les amis du musée de Grenoble, passionnante. Un voyage de l’association se prépare dans cette direction, et pour certains nous révisons un peu de l’histoire de ce pays, entre camées, monnaies, sculptures et architectures. http://blog-de-guy.blogspot.fr/2014/09/quest-ce-que-vous-allez-faire-en-iran.html
C’était après que les légions romaines se soient cassé les dents contre les Germains à l’Ouest et contre les Parthes à l’Est. Un officier de Parthie à belle allure et fière moustache en garde le souvenir au musée historique de Téhéran.
Sur l’arc de Septime Sévère, un légionnaire portant une barbe, tolérée pendant les campagnes, tient un prisonnier portant bonnet phrygien, dont l’origine est disputée entre Turquie et Iran. Marianne le savait-elle ?
Ardashir 1° issu d’une lignée de prêtres officiant dans le Fars, le cœur de l’Iran, est le premier d’une lignée de shahs qui doit son nom au légendaire Sassan, ainsi que les capétiens à la suite d’Hugues Capet. Il défie les souverains d’alors et en 224 à la bataille d’Hormizdaghan, défait Artaban : c’est la fin des Parthes.
Il reçoit la couronne, l’anneau de l’alliance entre humanité et divinité d’Ahura Mazda,
personnage principal de la religion de Zoroastre, autrement dit Zarathoustra, qui estime que le bien combat le mal en chacun de nous, comme la lumière s’oppose aux ténèbres, la vie à la mort, le jour à la nuit.
Raphaël avait peint le prophète et Nietzsche, en le faisant parler, lui a donné une certaine notoriété.
Sans remonter aux constructions monumentales de Persépolis (500 ans av JC), les innovations architecturales iraniennes sont remarquables : 
l’iwan, un porche voûté, avant d’être adopté dans les mosquées, protégeait les portes des palais. 
Et les coupoles qui ont inspiré Sainte Sophie ont gagné en solidité en étant construites sur trompes (niches dans les angles) où se relient carré et cercle.
Le sous titre de la conférence évoquait « le feu » de la religion et « la guerre » : les cavaliers étaient d’habiles archers, accompagnés parfois d’éléphants qui effrayaient les adversaires.
Une aristocratie militaire régnait sur un territoire allant de l’Indus à l’Euphrate, où coexistaient Aryens parlant une langue indo européenne et populations sémitiques.
Holbein représente « l’humiliation de l’empereur Valérien »  vaincu à la bataille d’Edesse (260), servant d’escabeau au roi Sapor (Chapour) pour monter à cheval.
Cette mosaïque d’une harpiste appartient au musée du Louvre ; elle a été retrouvée à Bichapour, la ville de Chapour, au temple d’Anahita, déesse de la lune. Ainsi ont été préservées quelques œuvres, mais tant ont été détruites dans les parages par les bulldozers de Daesch.
Ces vendanges en argent doré ou ces plats aux formes originales témoignent de l’habileté des orfèvres, comme ces verres dont on doit l’invention aux Phéniciens (Libanais).
L’Orient,  traversé par la route de la soie, proposait alors des textiles précieux ainsi ces lions affrontés.
J’ai appris que l’aigle est du genre féminin en héraldique, le rhyton un vase destiné aux libations à des fins religieuses,
la glyptique, l’art de tailler des pierres fines.   
Comme le  zoroastrisme est alors religion d'État, au dos de la pièce avec Bahram II (Drachme = Dhiram), figure l’autel du feu protégé par deux soldats.
Pour éviter toute souillure à la terre, les morts sont exposés dans les tours du silence autour desquelles tournaient des vautours.
Si cette religion de la « bonne parole », de la « bonne pensée », de la « bonne action », s’étiole dans le pays qui l’a vue naître, elle connaît un regain de ferveur dans la diaspora.
A quoi tiennent les succès des religions ? Jésus avait été apporté par les marchands alors que certains soldats revenus de ces contrées vouaient un culte à Mithra avec des cérémonies où le taureau qui y était sacrifié pourrait évoquer la corrida. Avant de devenir synonyme de pensée simpliste, le manichéisme, religion de Mani, faisait la synthèse du zoroastrisme, du bouddhisme et du christianisme, elle n’a pas survécu ; trop pacifiste !
Kavadh 1° sous l’influence de Mazdak soucieux de justice sociale, en voulant partager terres et femmes serait le tout premier « socialiste », mais bien vite au milieu du 6° siècle, le mazdakisme fut marginalisé.
« Soudain le rideau s'ouvre, et le Roi des Rois se présente, assis sur son trône sur un coussin de brocart d'or, habillé d'une robe et d'un pantalon d'une étoffe magnifique brodée d'or; la couronne d'or pur, garnie de cent perles incrustées, chacune grande comme un œuf de moineau, ainsi que de rubis et d'émeraudes, était suspendue au-dessus de sa tête, à une chaîne d'or attachée au plafond: elle était trop lourde pour qu'aucune tête humaine eût pu en supporter le poids . L'aspect de toute cette pompe, vue à travers un jour mystérieux qui s'infiltrait par les 150 ouvertures de la voûte, impressionnait à tel point celui qui était présent pour la première fois à ce spectacle, qu'involontairement il tombait à genoux »
Arthur Christensen.

mercredi 18 octobre 2017

Venise en une semaine # 6

A 8h 30 nous arpentons le Fondamenta Savorgnan dès le seuil de notre appartement passé,
puis nous nous enfonçons dans le Canereggio via le Ponte Guglie direction la Fondamenta Nove afin d’embarquer sur le vaporetto en partance pour l’île de San Michele
La traversée est de courte durée : San Michele est le premier arrêt sur la ligne de Murano. C’est l’île où les défunts se rendent à leur dernière demeure en barque comme dans la mythologie où les morts accèdent aux enfers en traversant Le Styx. Nous sommes peu nombreux à descendre ! Le ponton d’arrivée donne directement sur l’entrée du cimetière qui occupe toute l’île. Un plan papier est à notre disposition.
Sur notre gauche s’élève une église flanquée d’un cloître avec jardinet et puits. Nous nous faufilons dans les allées des columbariums de la partie italienne.
Les casiers superposés jusqu’à des hauteurs impressionnantes supportent des petits vases carrés garnis de fleurs naturelles ou artificielles. Outre le nom et les dates des locataires figurent souvent sur chacun une photographie voire une petite lampe.
Nous suivons le fléchage indiquant les tombes de Diaghilev et Stravinsky au centre du cimetière grec. Dans cette partie les urnes empilées cèdent la place aux tombes en pleine terre recouvertes d’une dalle gravée.
Celle de Diaghilev se repère facilement grâce aux chaussons de danse roses et fanés déposés en ex-voto.
A côté de celle de sa femme, la tombe de Stravinsky avec une rose blanche fanée est plus sobre, la pierre sans décoration ni date porte seulement leur nom.
Comme nous l’avons remarqué hier, les cigales stridulent avec vigueur et enthousiasme dans les nombreux arbres, mais nouveauté, les moustiques n’ont pas été éradiqués et festoient sans bruit, nous attaquant sournoisement en laissant de fortes démangeaisons.
A cause d’eux, nous écourtons notre promenade, traversant le cimetière par d’autres quartiers dont celui des religieuses, sans explorer ni prendre la mesure complète du lieu. Par contre les mouettes indésirables sont éloignées par l’émission de bruits qui les effraient.
De retour au Fondamente Nove, on s’offre une petite halte pour boire un café et prévoir la suite de la journée. Après hésitation, nous montons dans un vaporetto pour le Lido en excluant (enfin surtout moi) la possibilité chronophage de louer des bicyclettes.
L’excursion se révèle assez décevante : nous remontons la grande avenue qui fait face au débarcadère, assez coquette mais sans grand intérêt jusqu’à la plage publique si vaste qu’elle ne parait même pas surpeuplée par rapport aux plages de la Côte d’Azur. Une passerelle permet de surmonter la plage, malheureusement elle est fermée. Nous ne nous attardons pas car nous n’avons pas le matériel nécessaire ni l’intention de nous baigner. Nous retournons dans le quartier de San Nicola sans pouvoir pénétrer dans l’église en réparation, dépourvue de signalisation.
A part un palace nous n’avons même pas cherché à apercevoir les fameux hôtels de style « Liberty » ni le Casino à l’autre bout de l’île. Nous aurions dû prendre le bus pour traverser le Lido puisque contrairement aux îles de la lagune, celle-ci s’ouvre à la circulation grâce à un bac reliant la terre ferme.
La ligne deux du vaporetto nous dépose à la station de L’Académia. Nous retrouvons sans difficulté la trattoria «  Ai Cugnai » (les beaux frères). Nous nous attablons au même endroit, choisissons les antipasti : un apéritif de poissons de Venise (crevettes roses petites et grandes, Saint Jacques avec courgettes, une langoustine, sardines grillées, morue moulinée sur polenta, poulpes au céleri) et un plat de sardines et crevettes grillées avec polenta. Après deux cafés et l’addition (42€) nous n’avons que quelques pas pour rejoindre la Galeria de l’Accademia.

mardi 17 octobre 2017

Regarde les filles. François Bertin.

Comment en dessinant se rapprocher des femmes, sans les déranger, depuis les speakerines et quelques mythes publicitaires, « pala papa papa … » (Dim), jusqu’à sa femme, mais aussi sa maman, sa sœur et les amies des copains ; désirer avec légèreté et grandir jusqu’à la naissance de sa petite, fille.
Agréable hommage, en douceur, aux demoiselles quand le mot n’était pas prohibé, coquines, inaccessibles, belles.  
Pourtant cette vision fascinée qui est celle de ma génération me parait un peu désuète. J’entends déjà les grincements de quelques féministes lassées d’être renvoyées à une condition d’objet, fusse avec délicatesse ou gentillesse.
Ces 200 pages se feuillettent rapidement, les images en noir et blanc sont reposantes et laissent de la place pour rêver, tant elles sont peu bavardes.
Pour l’érotisme évoqué dans d’autres critiques, il est bien loin d’un Manara http://blog-de-guy.blogspot.fr/2017/03/le-caravage-milo-manara.html malgré quelques poses de pin-up.
Le sujet banal n’est certes pas déplaisant, et si le genre n’en est pas révolutionné, nous sommes divertis, ce qui est toujours bon à prendre dans un contexte à fleur de peau, où les ergots pas vernis sont sortis promptement.
Il y a en ce moment plus de compassion pour la condition des porcs dans leur élevage de Bretagne que pour les libidineux d’ « Au lit wood » qu’il ne faut pas nommer « cochon », car depuis la campagne « # Balance ton porc » ce serait trop péjoratif pour le verrat.
Avec ce porc salaud, le climat refroidit un peu plus avec survèt’ tendance et le voile je te dis pas, les chaussettes avec les sandales : Cythère est à terre.

lundi 16 octobre 2017

Faute d’amour. Andrei Zviaguintsev.

L’expression «  Les âmes mortes » me semblait plus sophistiquée que le mot « rude » qui m’est venu d’emblée, mais si c’est bien du russe Gogol, il s’agirait d’une comédie, alors que pas du tout du tout concernant ces deux heures dérangeantes, mais excellemment menées.
Deux parents en train de divorcer ne s’étaient même pas aperçus de la disparition de leur fils.
Pendant deux heures nous suivons les recherches menées par une association dont le professionnalisme vient pallier les insuffisances de la police.
Tout à leur ahurissement devant un comportement de parents manquant à tous leurs devoirs, les critiques mentionnent bien peu, en général, les personnages positifs.
La violence des situations présentées laisse deviner des racines anciennes qui évitent d’incriminer seulement notre « époque-téléphone-portable » ou un seul lieu, la Russie, tant le propos est universel servi par des images très belles ; de la beauté des ruines.
Vu avec retard, je remercie celle qui m‘a pressé de ne pas manquer le dernier film d’un réalisateur qui m’avait bien plu avec « Eléna » et « Léviathan » aux musiques déjà remarquables.
A la  sortie d’un tel bain d’eau glacée, les formules définitives viennent sur le clavier.
La liberté est impossible quand l’amour envers les enfants n’est pas là où même les scènes filmées dans ce registre semblent désespérées.
L’égoïsme rend la vie impossible : l’égoïsme nous scie comme égoïne. 
Est ce que les jeux de mots laborieux nous libèrent et nous mettent hors d’atteinte?
   

dimanche 15 octobre 2017

Antigone 82. J. P. Wenzel. A. Namiand.

Le livre de Sorj Chalandon «  le quatrième mur » était voué à être joué au théâtre, puisque le sujet porte sur le défi de monter  la pièce « Antigone » d’Anouilh dans un Liban en pleine guerre avec des acteurs de chaque camp, et les camps sont nombreux.
Souvent quand un livre est fort,  http://blog-de-guy.blogspot.fr/2014/10/le-quatrieme-mur-sorj-chalandon.html  son adaptation déçoit, mais ce n’est absolument pas le cas, puisque cette œuvre déjà foisonnante a pris pour moi encore plus d’envergure, malgré quelques acteurs quelque peu déclamatoires par la faute vraisemblablement du dispositif qui nous les rend très proches avec des spectateurs sur trois faces de la scène.
Le personnage principal, ballotté, sous ses airs fragiles devient lui même Antigone l’inflexible. A défaut d’éloigner la mort, il essayera d’ensevelir dignement les morts.
Quand les acteurs enfin réunis revêtent un plaid qui peut ressembler à une toge antique recouvrant l’identité confessionnelle de chacun, se superposent toutes les époques où la résistance était de mise. De Sophocle à Anouilh en passant par Chalandon, l’ancien d’un Libé aux pages froissées : 68 et consort, Chatila, tant de contradictions, de complexité et dans un square parisien la glace de la petite fille vient de tomber :
« Et j’ai voulu faire taire son chagrin. Je me suis accroupi. Une glace ? Ce n’était pas grave. Mais quel enfant pleure pour une glace ? Tu te rends compte, une boule de chocolat ? Tu n’as pas honte ? Je l’avais prise par les épaules. Elle ne m’écoutait pas. Je lui ai arraché le cornet vide de la main, j’ai raclé le sol, la boule écrasée, les cailloux, la poussière. Je lui ai tendu le cadeau brutal.
- Tiens mange ! Mange-la ta glace ! » ( Je peux prêter le livre)
Les différences d’interprétation du caractère des personnages par chacun des acteurs sont vivement et justement vues. Les vérités les plus pénétrantes se révèlent dans le jeu.
Le fait que ce soit un étudiant bien tendre qui se met dans les pas de son ami mourant pour accomplir son rêve de paix ajoute une dimension passionnante de plus où se glissent les lâchetés, les mensonges, les abandons.
Le théâtre ne peut rien contre les bombes, Paris est loin de Beyrouth, la guerre ne tue pas que les corps, mais aussi les âmes. Sous les gravats, une petite lueur s’obstine; c’est celle de « la servante » dont j’avais appris l’existence dans une autre pièce, une lampe qui brille quand tout est plongé dans le noir, elle chasserait les fantômes. Hier au soir, à la sortie, l’éclairage public dans la ville était éteint.