samedi 3 juin 2017

Civilisation. Régis Debray.

J’aurai bien corné chacune des 231 pages de la dernière publication de mon phare préféré; je me contenterai de quelques formules ramassées :
«Si l’Europe a partie liée avec le temps, l’Amérique a partie liée avec l’espace »
« L’attention que l’un porte aux espaces du dehors, l’autre la donne aux espaces du dedans ». C’est qu’il est question comme l’indique le sous titre de « Comment nous sommes devenus américains » et ce n’est pas triste.
Pourtant «  A l’heure où une Chine bien réveillée rachète nos centrales et nos aéroports, où un business-man indien donne son nom à nos hauts fourneaux, où le spectre de Mahomet se promène dans nos rues, où l’Amérique branle dans le manche, la question de savoir qui porte le pantalon dans le couple occidental peut sembler d’intérêt local et purement rétrospectif. »
Il met en agréable compagnie, les grands balayages historiques et les signes les plus menus comme Halloween qui a remplacé la Toussaint et donne à retenir quelques définitions fortes :  
« Une culture est célibataire, une civilisation fait des petits. »
« Une civilisation agit, elle est offensive. Une culture réagit, elle est défensive. »
Alexandre Le Grand est l’homme d’une civilisation, Périclès d’une culture
Lui qui est toujours interdit aux Etats-Unis, malgré son amour de Faulkner, n’a pas désarmé même si désormais l’économie a remplacé la culture après que l’image eut supplanté le texte.
Loin de persister dans les regrets, il sait que le neuf fleurit sur de vieux terreaux.
Il prend l’exemple de Vienne capitale de l’empire austro-hongrois, qui au moment de sa décadence livre au monde tant d’artistes et de savants : Klimt, Musil, Freud, Mahler… car « les périodes fastes et conclusives sont celles où la mélancolie au cœur n’empêche pas la gaîté de l’esprit »
Autant que ce soit bien dit.
«  Les crépuscules donnent du talent » voire
« Les viandes un peu faisandées, juste avant de se décomposer, libèrent de subtils arômes » Pour conclure sur une note positive, il s’oblige à mettre à la forme interrogative :
« Qui a dit que sortir de l’histoire oblige à broyer du noir ? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire